ELISE VINCENT

Journal de bord

Black Friday : jusqu'à -40% sur les oeuvres

Ajouté le 27 nov. 2020

black-friday-promo-site.jpg


Du 27 novembre au 15 décembre 2020

Promotion sur toutes les oeuvres en vente sur le site

Jusqu'à 40% de réduction


Rendez-vous sur www.elisevincent.net ou www.artmajeur.com/elisevincent


Tirages du format 15x15 cm à 80x80 cm

Encadrement sous verre, contrecollage sur mousse ou dibond aluminium, caisse américaine

De 75 à 1150 euros


Toutes les photographies sont signées, numérotées et certifiées.


Egalement possible :

Commande d'après les visuels en ligne pour des tirages non disponibles actuellement ou pour des dimensions et présentation différentes (dibond, cadre et verre, caisse américaine).

Sur devis. 

Délai de livraison en fonction du délai de fabrication du laboratoire prestataire.


Pour toute question : 

elisevincent.photographie@gmail.com

06 73 01 57 51

Lire la suite

Les challenges Insta du mois

Ajouté le 24 nov. 2020

Le reconfinement est propice à la création de nouveaux challenges sur Instagram, certains visant à donner plus de visibilité aux artistes privés d'exposition et de contact avec le public...

Je participe ce mois-ci à trois challenges.

- #VAACreativeHabits par l'association anglaise Visual Art Open

Une thématique par semaine, la première que j'ai manquée portait sur le processus de création. 

Pour cette deuxième semaine, le thème est "une semaine dans votre vie", l'occasion pour les artistes participants de présenter leurs habitudes de création, leur environnement, les faits marquants de la semaine, etc.


- #lesamisdesartistes par le collectif Les Amis des Artistes


- #artexpochallenge

lancé sur Instagram par Gilles, auteur photographe, et Amylee, artiste peintre, un événement artistique pour changer notre regard sur la deuxième vague de confinement.
𝗣𝗼𝘂𝗿𝗾𝘂𝗼𝗶 𝗰𝗲 𝗰𝗵𝗮𝗹𝗹𝗲𝗻𝗴𝗲 ?
Faire face à la pénurie d’expositions et de vernissages que subissent les artistes, les galeristes, les commissaires d’expositions, les collectionneurs, les amoureux de l’art.
• Partager un hashtag collectif pour mieux relier l’art au monde. Un hashtag qui a démarré sur Instagram mais qui peut aussi se propager sur Facebook et YouTube.
• Animer une grande exposition en ligne.
• Dédier un événement aux artistes peintres, aux sculpteurs, aux plasticiens, aux photographes, aux galeristes, aux acteurs du milieu de l'art possédant des œuvres achevées et disponibles à la vente.
• Soutenir les artistes qui vivent de leur art.
# 𝗮𝗿𝘁𝗲𝘅𝗽𝗼𝗰𝗵𝗮𝗹𝗹𝗲𝗻𝗴𝗲

𝗣𝗿𝗼𝗰𝗲𝘀𝘀𝘂𝘀 𝗱𝗲 𝗣𝘂𝗯𝗹𝗶𝗰𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻
• Placer de 1 à 3 œuvres terminées devant un mur comme pour une exposition.
• Tout en filmant les œuvres l’une après l’autre, raconter leur histoire (origine, signification, inspiration, titre, technique, dimension, lieu où réside l’œuvre) comme face à des invités lors d’un vernissage.
• Parler face caméra à côté des œuvres OU derrière caméra en montrant les œuvres simplement accompagnée de la voix.
• 5 à 15 minutes de vidéo pour présenter les œuvres.
• S'installer devant un mur uni ou décoré aux goûts de l’artiste.
• Filmer les œuvres en s’attardant sur la vue d’ensemble, les gros plans, les détails, etc…
• Ajouter en légende de la publication le hashtag #artexpochallenge + titre/ technique/ dimension de l’œuvre. L’affichage du prix est à la convenance de l’artiste ou peut être seulement communiqué selon la demande.

Lire la suite

Vente solidaire des Amis des Artistes au profit du NMWA

Ajouté le 19 nov. 2020

posts-insta-solo-03-lancement-lesamisdesartistes6-768x768.jpg


Je participe à l'acte II de l'initiative solidaire proposée par le collectif @lesamisdesartistes : #lesamisdesartistes qui se déroule jusqu'au 22 novembre 2020.

Le principe :

Chacun des artistes participants met en vente 3 oeuvres via 3 posts sur Instagram.

30% du montant sont reversés à l'association des amis du National Museum of women (NMWA) pour soutenir le projet Urgence Artistes Femmes qui a pour mission d'encourager la créativité et d'amplifier la visibilité des femmes artistes qui travaillent hors des structures professionnelles traditionnelles.

70% reviennent à l'artiste.

Les collectes précédentes ont permis de récolter 130 000 euros avec plus de 300 oeuvres vendues, au profit de la Maison des Artistes, la fondation Antoine de Galbert, le FIMAC et 100ecs.


Les 3 photographies que je propose sont


Perroquets


6-perroquets-72dpi-elise-vincent-2014.jpg


Pistil


10-pistil-40x60-elise-vincent-2014.jpg


Foule

8-foule-72dpi-elise-vincent-2018.jpg

Lire la suite

Voyage, un texte de Fanche

Ajouté le 22 juin 2020

J’aime bien, c’est vrai, souvent lire.

Je préfère cent fois écrire.

Plus de vains maux pour partir.

T’embarquer dans mes délires.

J’adore le son des mots,

Et les noter, c’est beau !

Plus de vingt mots pour déguerpir.

T’emmener et te travestir.

J’affectionne les beaux livres,

Gouter l’encre pour être ivre.

Plus de vin, cep à fuir !

Te conduire dans mon empire.

J’estime, parfait cet art.

Je chérie cet étendard.

Plus de billet pour sortir ! 

M’accompagnes tu dans mes transes à venir ?


Fanche 

Inspiré de la photo Cartographie dans la galerie virtuelle Traces du sacré

Lire la suite

Stop, un texte de Fanche

Ajouté le 20 juin 2020

Arrêtons-nous un moment !

Prenons ensemble le temps,

Assis, juste, quelques instants.

Bien calés sur nos séants.



« Sur ce banc ! »



Assied-toi, juste une minute !

Frôler la béatitude,

Ignorons l’exactitude,

Des horloges au prélude.



« Balle à banc ! »



Stop, toi et moi maintenant !

Main dans la main, souriant,

Laissant valser les trotteuses,

Aux aventures ténébreuses.



« Fermer le ban ! »


Fanche


Inspiré de la photo Instantané dans la galerie virtuelle Traces du sacré

Lire la suite

2 visuels sur le compte Instagram de Visual Art Open Prize

Ajouté le 15 juin 2020

5ee7a6d9a4f35_vao-insta-3.jpg


J'ai participé récemment au prix Visual Art Open pour les artistes britanniques et internationaux.

La sélection est en cours et les organisateurs choisissent dans l'entrefaite certaines oeuvres candidates à diffuser sur leurs réseaux sociaux.

J'ai eu la joie de découvrir deux de mes visuels sur leur compte Instagram :)

C'est ma deuxième participation. L'an passé, mes photos avaient passé la première phase de sélection. 

A suivre pour cette nouvelle édition...


vao-insta-2.jpg


Lire la suite

Création d'un logo en collaboration avec Mister Créa

Ajouté le 9 juin 2020

logo-elise-vincent.jpg


J'ai le plaisir de vous dévoiler mon logo créé par Mister Créa, studio de création 360°.

Un logo signature dont la forme circulaire et le monogramme font échos au hanko japonais.

Le bleu renvoie, entre autres, à l'eau, au ciel, à la rêverie et donc à l'imagination et l'onirisme dont il est question dans mes créations photo.

Lire la suite

Fin de l'appel à textes

Ajouté le 8 juin 2020

5edbae547109b_appel-a-textes-elise-vincent-il-etait-un-confinement.jpg


L'appel à textes Il était un confinement lancé à la fin du mois de mars s'est terminé le 15 mai dernier. 

Les cinq auteurs sélectionnés dans le "top 5" des textes seront dévoilés prochainement et recevront quelques petits cadeaux.

L'un d'entre eux obtiendra un tirage d'art original.

Lire la suite

Nouvelle page sur le site

Ajouté le 6 juin 2020

Une nouvelle page a été ajoutée au site : événements passés où sont visibles quelques affiches et photographies d'expositions et salons.


5edbab119d43e_mosaique-partage-reseaux.png


Lire la suite

Un halo lumineux caresse mon corps rugueux [...] - un texte d'Alix Vargam

Ajouté le 4 juin 2020

Un halo lumineux caresse mon corps rugueux et dense révélant les imperfections, traces des visites reçues au fil des ans. 

Derrière la surface à l’apparence lisse et morne, seul un œil attentif remarquera les innombrables défauts. Bien sûr, parfois, je fais peau neuve - je ne décide jamais du moment – alors pour un temps les marques du passé disparaissent, englouties comme tant d’autres strates de mes vies passées. 

Reste les failles, comme celle par laquelle s’engouffre en ce moment la langue flamboyante qui vient réchauffer mon âme. Entailles visibles toujours plus nombreuses, preuves que je suis avant tout multitude, patchwork bitumeux de blocs rapiécés dont l’unité tient du miracle, à l’image de ceux qui foulent ma surface chaque jour. 

Ceux-là aussi ont fait peau neuve. Quelque chose d’inouï est à l’œuvre ou plutôt quelque chose d’ancien qui rejaillit, quelque chose que j’ai connu il y a fort longtemps et que j’avais presque oublié. 

Il faut dire que jusqu’ici on me parcourait avec empressement, sans prendre le temps de me saluer, dans un flux de vrombissements sonores et nauséabonds, agrémentés de trompettes agressives. 

Mais le calme est revenu. Fini les cris et les infâmes cuivres dès l’aube. Le silence n’est plus là pour ponctuer le bruit - il a repris ses droits - et les notes qui l’accompagnent sont divines : volutes ailées et printanières, cascades enfantines de joie. Cette mélodie est aussi façonnée de mots. Jusque-là ils se faisaient pauvres et rares, on les jetait par dessus bord et la plupart rebondissaient à ma surface avec mon cuir pour seul écho. Dorénavant, les mots s’offrent et s’entrelacent : j’en découvre à chaque instant, en même temps que les histoires qu’ils racontent. 

Chaque jour est une symphonie et c’est avec une impatience tout neuve que je guette l’aurore. 

Les jours ensoleillés surtout concentrent mon attente car en plus de cette douce mélodie, j’ai alors droit à un flot de caresses inédites. Terminé les pas pressés, désormais on flâne et on s’égare sur ma peau, on prend le temps de me parcourir, on s’attarde dans mes recoins. Je sens de petites mains s’égarer sur ma robe, des balles au rebond agile, des museaux humides, des roues de toutes tailles et de toutes formes qui vont et viennent sans fumée ni vacarme, parfois même une paire de fesses voire un corps tout entier qui a chaud. 

J’ignorais que mes résidents étaient si nombreux et divers. Il faut dire qu’ils restaient toujours tapis dans leurs tanières ou bien occupés au loin, ne faisant que passer, ignorant ma veille carcasse. Les voilà qui de nouveau m’habitent. J’ai maintenant leur attention. Mon corps n’était pour eux qu’un vulgaire médium qu’on utilise sans soin. Désormais on s’active, pinceaux et outils en main, pour orner mes abords et c’est volontiers que je laisse la verdure conquérir de nouveaux territoires, elle aussi a droit à la fête. Je n’étais qu’un pont délabré à force d’être piétiné, une zone de transit dont personne ne se préoccupait. Désormais je suis un lieu de rencontre. 

Je suis une destination. 

Faites que cela ne s’arrête jamais. 

Une rue en temps de confinement 


Alix Vargam


Inspiré de Jour 6 de la galerie de la galerie La Croisée des chemins

"J'ai choisi cette photographie car j'ai aimé son côté direct, contrasté et faussement simple. J'ai imaginé que le but était d'attirer notre regard à nos pieds, sur le bitume de la rue que nous foulons chaque jour sans y prêter attention et je me suis demandée ce que cette rue aurait à dire en cette période si particulière."

Lire la suite
© Elise Vincent, ADAGP, Paris, 2020.
Créé avec Artmajeur